Actualités

0

Dans le cadre du 13e Congrès mondial de la FIPF, qui se tiendra à Durban en Afrique du Sud du 23 au 27 juillet 2012, l’Alliance française Paris Ile-de-France (AFPIF), la FIPF et la revue Le français dans le monde organisent le concours “Le téléphone portable, c’est la classe !”.

Ce concours s’adresse à tous les professeurs de FLE (Alliances françaises, lycées, collèges, etc., toutes classes, tout âge, tous niveaux) et consiste en l’utilisation pédagogique du téléphone portable dans une séquence d’apprentissage avec sa classe.

Professeurs de FLE du monde entier, vous avez jusqu’au 15 juin 2012 pour participer.
L‘originalité des projets est fortement attendue !

Participer au concours

Les enseignants participant devront envoyer leur projet par courriel (une fiche pédagogique et une photo de l’activité avec le groupe d’apprenants) avant le 15 juin 2012 à concours-profs@alliancefr.org. Les lauréats seront prévenus par mail et les résultats annoncés en clôture du congrès le 27 juillet prochain, ainsi que sur les sites Internet des institutions organisatrices du concours. Afin de faciliter la présentation de votre projet, téléchargez le modèle de fiche pédagogique proposé par l’AFPIF.

Les prix

Plusieurs lots prestigieux sont à remporter, notamment une bourse d’études pour un séjour de deux semaines à l’AFPIF (cours de français ou stage pédagogique et hébergement), des abonnements à la revue Le français dans le monde, la publication des portraits des gagnants dans Le français dans le monde et sur les sites Internet de la FIPF, de l’Alliance Française Paris Ile de France et du Français dans le monde.

0

اسامی منتخبین آزمون پروژه ترجمه  نامه های ژان ژاک روسو به ترتیب زیر است

1- علیرضا لعل روشن

2- سپهر یحیوی

3- منصوره قربانی

4- مریم عباس بیگی

5- روشنک دانایی

6- حمید رضا قلی پور

7- فرزانه معمار

8- زهرا فلاح شاهرودی

9-راضیه اعظمی

پیش از شروع کار، طی جلسه ای توجیهی که تاریخ آن بزودی اعلام خواهد شد، شیوه تقسیم کار و دیگر توضیحات تکمیلی به افراد نامبرده ارائه خواهد شد.

0

A l’occasion du tricentenaire de la naissance de Jean-Jacques Rousseau, la Faculté des Langues et Littératures étrangères de l’Université de Téhéran et l’Association Iranienne de Langue et Littérature Françaises (AILLF) organisent, avec la coopération du Service Culturel de l’Ambassade de Suisse en Iran

les 10 et 11 octobre 2012

un colloque international

Rousseau aujourd’hui

Il s’agira de réfléchir d’une part, à la présence, l’héritage et la réception de Rousseau en Iran et, d’autre part, à l’actualité (voire l’inactualité) de Rousseau, afin de mettre en valeur les différentes réflexions suscitées  aujourd’hui encore, par la multiplicité de ses oeuvres et la singularité de son profil. Les comités scientifiques du colloque retiendront, parmi les propositions d’intervention qui leur seront soumises, celles qui répondront idéalement aux préoccupations contemporaines, qu’il s’agisse de littérature, de problèmes philosophiques ou de questions relatives au devenir social.

Le colloque « Rousseau aujourd’hui », proposera aux chercheurs les deux orientations générales suivantes :

  • Rousseau homme de lettres

Rousseau homme de lettres est l’un des plus grands musiciens de la langue française, dont il manie les mots avec une séduction incomparable. Julie ou la Nouvelle Héloïse, roman épistolaire d’une richesse polyphonique inégalée, connaît un immense succès du vivant de l’auteur et bouleverse le climat moral de son époque, non seulement en France, mais dans toute l’Europe et jusqu’en Amérique : chaque individu, quelles que soient ses convictions religieuses, sa condition sociale, ses expériences ou son sexe, est capable de s’élever au plus haut niveau de l’humanité… Dans la deuxième partie de son oeuvre, publiée après sa mort, Rousseau renouvelle avec un prodigieux don narratif, le genre autobiographique dans les Confessions, dont la franchise et parfois la crudité n’empêchent pas l’humour. Enfin, il invente le poème en prose avec les Rêveries du promeneur solitaire. La Nouvelle Héloïse, les Confessions et les Rêveries ont une descendance littéraire incomparable; ces oeuvres  ont été imitées, contrées, prolongées par les plus grands écrivains.

  • Rousseau pédagogue, philosophe et citoyen

Il serait difficile de séparer le Rousseau pédagogue du Rousseau philosophe et citoyen. Sa pensée est tout entière une anthropologie qui vise à retrouver l’homme de la nature dans l’homme de la culture. Lessing l’a appelé le « restaurateur de l’humanité » et Kant le «Newton de l’âme humaine». Il est à la fois le fondateur des sciences de l’homme, le « Copernic de l’éducation », comme l’appelle Claparède,  et le théoricien de la souveraineté populaire. Il s’agit d’une démarche d’ensemble.  Il met pour la première fois l’enfant au centre du processus éducatif, non comme un petit homme à développer, mais  comme une personnalité à part entière, qu’il faut accompagner dans son évolution naturelle. Son Emile n’est pas un guide pratique d’éducation mais une méditation sur ce qu’est un homme libre. De même le Contrat Social n’est pas un manuel de  démocratie, mais une réflexion sur la nature de l’institution politique légitime. Comme l’a très bien dit Léo Strauss, Rousseau montre « le problème de l’homme en société dans toute sa diversité, avec plus de profondeur et de largeur d’esprit que n’importe lequel de ses successeurs. »

Le colloque fournira l’occasion de développer les problématiques rousseauistes en les articulant aux préoccupations régionales et plus particulièrement iraniennes ; une manière d’évaluer ou de réévaluer la pertinence, la portée et l’impact de concepts et de valeurs réputés universels.

Les propositions de communications (résumé d’une dizaine de lignes, nom et affiliation scientifique du contributeur) sont à envoyer au plus tard le 7 avril 2012 à Jaleh Kahnemouinepour : rousseau2012@ut.ac.ir

Agenda

Date limite pour la réception des propositions de contributions : 7 avril 2012.

Réponse  aux contributeurs : fin- avril 2012

Ouverture des inscriptions: 15 mai 2012

Mise en ligne du programme provisoire: fin juin 2012

Lieu du colloque: Téhéran, Faculté des langues et littératures étrangères, Université de Téhéran

Contact: rousseau2012@ut.ac.ir

Comités Scientifiques:

Responsables: J. Kahnemouinepour (U. Téhéran), N. Shahverdiani, (U. Téhéran)

Volet « Rousseau homme de lettres » : F. Alavi (U. Téhéran), Ch. Balaÿ (Inalco, Paris), D. Carnoy-Torabi (U. Shahid Beheshti), E. Esfandi (U. Téhéran), N. Khattate (U. Shahid Beheshti), J.- Y. Ouallet (U. Lille 3), Ch. Raguet-Bouvart (U. Paris 3) M. Sadrzadeh (U. Téhéran).

Volet « Rousseau pédagogue, philosophe et citoyen » : H. Ayoubi (U. Téhéran), D. Bertrand (U. Paris 8), G. Chenevière, R. Hosseini (U. Téhéran), N. Fakouhi (U. Téhéran),  T. L’Aminot (U. Paris 4), M. FARJAH (U. Allameh TABATABAÏE), F. MASHAYEKH (chercheuse indépendante), J. Rafifar (U. Téhéran), S. Shahshahani (U. Shahid Beheshti), H.-R. Shaïri (U. Tarbiat Moaddaress).

0

A l’occasion du tricentenaire de la naissance de Jean-Jacques Rousseau, la Faculté des Langues et Littératures étrangères de l’Université de Téhéran et l’Association Iranienne de Langue et Littérature Françaises (AILLF) organisent, avec la coopération du Service Culturel de l’Ambassade de Suisse en Iran

les 10 et 11 octobre 2012

un colloque international

Rousseau aujourd’hui

Il s’agira de réfléchir d’une part, à la présence, l’héritage et la réception de Rousseau en Iran et, d’autre part, à l’actualité (voire l’inactualité) de Rousseau, afin de mettre en valeur les différentes réflexions suscitées  aujourd’hui encore, par la multiplicité de ses oeuvres et la singularité de son profil. Les comités scientifiques du colloque retiendront, parmi les propositions d’intervention qui leur seront soumises, celles qui répondront idéalement aux préoccupations contemporaines, qu’il s’agisse de littérature, de problèmes philosophiques ou de questions relatives au devenir social.

Le colloque « Rousseau aujourd’hui », proposera aux chercheurs les deux orientations générales suivantes :

  • Rousseau homme de lettres

Rousseau homme de lettres est l’un des plus grands musiciens de la langue française, dont il manie les mots avec une séduction incomparable. Julie ou la Nouvelle Héloïse, roman épistolaire d’une richesse polyphonique inégalée, connaît un immense succès du vivant de l’auteur et bouleverse le climat moral de son époque, non seulement en France, mais dans toute l’Europe et jusqu’en Amérique : chaque individu, quelles que soient ses convictions religieuses, sa condition sociale, ses expériences ou son sexe, est capable de s’élever au plus haut niveau de l’humanité… Dans la deuxième partie de son oeuvre, publiée après sa mort, Rousseau renouvelle avec un prodigieux don narratif, le genre autobiographique dans les Confessions, dont la franchise et parfois la crudité n’empêchent pas l’humour. Enfin, il invente le poème en prose avec les Rêveries du promeneur solitaire. La Nouvelle Héloïse, les Confessions et les Rêveries ont une descendance littéraire incomparable; ces oeuvres  ont été imitées, contrées, prolongées par les plus grands écrivains.

  • Rousseau pédagogue, philosophe et citoyen

Il serait difficile de séparer le Rousseau pédagogue du Rousseau philosophe et citoyen. Sa pensée est tout entière une anthropologie qui vise à retrouver l’homme de la nature dans l’homme de la culture. Lessing l’a appelé le « restaurateur de l’humanité » et Kant le «Newton de l’âme humaine». Il est à la fois le fondateur des sciences de l’homme, le « Copernic de l’éducation », comme l’appelle Claparède,  et le théoricien de la souveraineté populaire. Il s’agit d’une démarche d’ensemble.  Il met pour la première fois l’enfant au centre du processus éducatif, non comme un petit homme à développer, mais  comme une personnalité à part entière, qu’il faut accompagner dans son évolution naturelle. Son Emile n’est pas un guide pratique d’éducation mais une méditation sur ce qu’est un homme libre. De même le Contrat Social n’est pas un manuel de  démocratie, mais une réflexion sur la nature de l’institution politique légitime. Comme l’a très bien dit Léo Strauss, Rousseau montre « le problème de l’homme en société dans toute sa diversité, avec plus de profondeur et de largeur d’esprit que n’importe lequel de ses successeurs. »

Le colloque fournira l’occasion de développer les problématiques rousseauistes en les articulant aux préoccupations régionales et plus particulièrement iraniennes ; une manière d’évaluer ou de réévaluer la pertinence, la portée et l’impact de concepts et de valeurs réputés universels.

Les propositions de communications (résumé d’une dizaine de lignes, nom et affiliation scientifique du contributeur) sont à envoyer au plus tard le 7 avril 2012 à Jaleh Kahnemouinepour : rousseau2012@ut.ac.ir

Agenda

Date limite pour la réception des propositions de contributions : 7 avril 2012.

Réponse  aux contributeurs : fin- avril 2012

Ouverture des inscriptions: 15 mai 2012

Mise en ligne du programme provisoire: fin juin 2012

Lieu du colloque: Téhéran, Faculté des langues et littératures étrangères, Université de Téhéran

Contact: rousseau2012@ut.ac.ir

Comités Scientifiques:

Responsables: J. Kahnemouinepour (U. Téhéran), N. Shahverdiani, (U. Téhéran)

Volet « Rousseau homme de lettres » : F. Alavi (U. Téhéran), Ch. Balaÿ (Inalco, Paris), D. Carnoy-Torabi (U. Shahid Beheshti), E. Esfandi (U. Téhéran), N. Khattate (U. Shahid Beheshti), J.- Y. Ouallet (U. Lille 3), Ch. Raguet-Bouvart (U. Paris 3) M. Sadrzadeh (U. Téhéran).

Volet « Rousseau pédagogue, philosophe et citoyen » : H. Ayoubi (U. Téhéran), D. Bertrand (U. Paris 8), G. Chenevière, R. Hosseini (U. Téhéran), N. Fakouhi (U. Téhéran),  T. L’Aminot (U. Paris 4), J. Rafifar (U. Téhéran), S. Shahshahani (U. Shahid Beheshti), H.-R. Shaïri (U. Tarbiat Moallem).

0

Le monde en marche

L’enseignement du français, entre mondialisation et contextualisation

Les dernières décennies ont vu s’accélérer l’évolution du monde dans tous les domaines : politique, économique, scientifique, technologique, ainsi que culturel et éducatif. De nouveaux modes de communication, de nouveaux métiers apparaissent. De nouveaux acteurs aussi, qui investissent avec passion et énergie les nouveaux espaces découverts.

Le monde en marche

L’enseignement du français, entre mondialisation et contextualisation

Les dernières décennies ont vu s’accélérer l’évolution du monde dans tous les domaines : politique, économique, scientifique, technologique, ainsi que culturel et éducatif. De nouveaux modes de communication, de nouveaux métiers apparaissent. De nouveaux acteurs aussi, qui investissent avec passion et énergie les nouveaux espaces découverts.

Dans ce contexte, le choix trop souvent présenté comme le seul possible entre une uniformisation culturelle et linguistique comme unique voie d’accès à la modernité et un repli sur soi rigidifiant et à terme mortifère pour nos sociétés apparaît soudain comme un débat dépassé. Car, en réalité, l’offre culturelle et linguistique n’a jamais été aussi diverse et abondante qu’elle l’est aujourd’hui. Si nécessaire aussi. Sans arrogance et sans complexe les professeurs de français s’insèrent pleinement dans cette dynamique, et de nouvelles questions s’imposent : comment l’enseignement du français s’inscrit-il concrètement dans la marche du monde d’aujourd’hui ? Comment tient-il compte des nouvelles données mondiales tout en respectant la spécificité des contextes culturels ? Comment les professeurs de français préparent-ils, où qu’ils se trouvent, la marche du monde de demain ? Quelles stratégies proposent-ils pour que le français puisse jouer pleinement son rôle à l’échelle mondiale : un moteur de développement, de progrès et de cohésion dans tous les domaines?

Après Québec, où s’est affirmée la vivacité de leurs identités plurielles et ouvertes, c’est donc à Durban, dans le sud de cette Afrique qui porte tant d’espoirs pour le développement de notre langue, que les professeurs de français ont voulu se réunir pour en débattre. Nous vous invitons à vous joindre à eux pour partager vos expériences et vos recherches et aussi pour participer à la mise en marche d’une offre culturelle et linguistique au sein d’une perspective alternative et réellement respectueuse de la diversité.

Le congrès explorera de façon professionnelle et interdisciplinaire le rôle et le potentiel du français comme langue mondiale au 21ème siècle. Il le fera suivant trois axes :

Oser le français

Il y a peu de pays où le français ne soit reconnu comme une langue importante au moins dans les discours officiels. Mais qu’en est-il dans la pratique ? Quelle place le français occupe-t-il réellement dans les systèmes éducatifs, dans l’offre linguistique et culturelle et, plus largement, dans les pratiques courantes au contact des autres langues ? Quelles initiatives sont-elles prises par les Etats, qu’ils se définissent ou non comme francophones, pour inciter de nouveaux élèves à venir vers le français et à opter pour le plurilinguisme? Quel rôle les associations et les organisations professionnelles peuvent-elles jouer dans ce domaine ?

Ces questions seront principalement examinées sous leurs aspects de sociolinguistique, de politique linguistique et didactique (français langue étrangère, français langue seconde, plurilinguisme). Mais le corpus même de la langue française ne saurait être tenu hors du champ. La linguistique française et francophone sera aussi interrogée, sous l’angle d’études portant sur les états du français contemporain, dans sa diversité et son unité : quelles descriptions pour l’orthographe, la syntaxe, et le lexique de la classe de demain ?

Seront accueillies les propositions établissant des bilans et faisant état de l’avancement de recherches.

Regards croisés

L’objectif de cet axe est double : en premier lieu il propose de réfléchir de façon décentrée sur les cadres et les modalités qui conditionnent l’apprentissage et l’enseignement du français dans des contextes spécifiés. Il mettra notamment en perspective les différents cadres et référentiels existants et s’interrogera sur la nature et forme des savoirs, sur les liens entre les différents niveaux, ainsi que sur la possibilité de contextualiser les critères d’évaluation concomitants. Cet angle s’ouvre aux enseignants/chercheurs en didactique, en études littéraires, en sociolinguistique, en traduction qui souhaitent créer des cadres de référence adaptés à leur contexte spécifique.

En second lieu cet axe accueille des perspectives méthodologiques et pédagogiques modernes et innovatrices pour offrir un lieu privilégié pour les échanges d’expériences, la confrontation des pratiques et la présentation de nouvelles propositions didactiques et pédagogiques. Y seront accueillies les propositions méthodologiques touchant aux contenus internes du français en tant que discipline et aux questions liées à l’enseignement d’autres disciplines en français. La perspective comparatiste sera privilégiée, sans exclusivité.

Cultures, culture…

Cet axe souhaite poursuivre et amplifier la réflexion sur la diversité déjà initiée par des congrès précédents de la FIPF. La notion de la diversité demeure au cœur de la réflexion éducative, sociale et parfois même politique dans de nombreux pays. Le texte adopté par l’UNESCO en mai 2007 qui établit la diversité culturelle comme un patrimoine commun de l’humanité rencontre encore bien des difficultés d’application. Du point de vue théorique comme du point de vue méthodologique, l’interface langue-culture n’est encore que très partiellement stabilisée et se trouve assez rarement exploitée. Or enseigner une langue n’est pas un acte anodin ni une simple technique. Décider d’apprendre une langue ne l’est pas davantage. Ce sont des actions dynamiques et potentiellement porteuses d’évolutions plus ou moins profondes, aussi bien sur le plan collectif qu’individuel. Elles se prêtent donc à être examinées aussi bien dans une perspective diachronique que sous l’angle prospectif qu’induit la thématique du congrès.

Quelles précautions éthiques doivent-elles présider à l’utilisation des concepts circulants de ce domaine et à leur mise en œuvre méthodologique? Quelles places doivent-elles être réservées à la culture patrimoniale française et francophone et à la culture quotidienne dans laquelle vivent les acteurs de la classe ? Quelle perspective donner aux autres cultures présentes dans la classe et dans l’environnement social ? Quel usage en faire ? Quelle place ces questions occupent-elles dans le travail effectif des professeurs ? Quelle place dans la motivation et dans l’apprentissage des élèves ?

Les contributions accueillies dans cet axe porteront bien entendu sur les multiples dimensions du travail effectué dans une classe de français en langue, littérature, traduction, culture… bref en tout ce que comporte l’enseignement et l’acquisition d’une langue autre que la sienne. Elles s’ouvriront ainsi, plus largement, à tout type d’expression artistique et culturelle : musique, théâtre, cinéma, arts plastiques et incluront également la culture scientifique et technologique en français.

Dans chacun des trois axes, une place particulière sera réservée aux jeunes chercheurs et aux premières communications.

Comme le congrès de Durban est une première pour l’Afrique, il se veut novateur dans tous les domaines. Les intervenants sont cordialement invités à proposer des contributions de nature diverse : en dehors des interventions, ateliers, affiches et tables rondes habituels, on souhaite également recevoir, à titre d’exemple, des propositions de mini-cours, de forums, de débats, de batailles de dictons, de présentations théâtrales, musicales, poétiques et autres. Des projets dynamiques envisageant de nouvelles stratégies seront particulièrement bienvenus. Cette invitation s’adresse aussi aux jeunes, étudiants et élèves, qui sont encouragés à présenter des projets créatifs et originaux.

Date limite : le 31 mai 2011

Retour du comité thématique :

Eu égard à la déclinaison de la thématique, le Comité thématique vous répondra sous l’une ou l’autre des formulations suivantes :

  • Votre proposition est acceptée ;
  • Votre proposition est refusée ;
  • Votre proposition doit être modifiée dans le sens suivant… ;
  • Votre proposition pourrait faire l’objet d’une présentation/affiche.
  • Les décisions rendues seront finales et définitives.

Proposition de contribution -indications générales

Les contributions sont données en français.
Le matériel nécessaire à votre communication est fourni.
Votre contribution peut être :

  • un atelier de 45 mn dans un créneau d’1 h : mise en place, atelier, débat et clôture,
  • une intervention de 20 mn dans la continuité de 2 ou 3 interventions selon une cohérence thématique, dans un créneau d’1 h ou d’1 h 30 : mise en place, intervention, débat et clôture.
  • autre : mini-cours, forums, débats, batailles de dictons, présentations théâtrales, musicales, poétiques et autres : à vous d’être créatif et d’inventer quelque chose de  nouveau.

Vous ne pourrez soumettre votre proposition de communication qu’en ligne dès que le site du congrès sera ouvert.

0

L’Association iranienne de langue et littérature française (AILLF) et la faculté de langues et littératures étrangères de l’Université de Téhéran ont organisé le colloque « L’autofiction dans la littérature française extrême contemporaine » le 8 et 9 février 2011 à la salle “Golfe Persique” de la faculté de langues et littératures étrangères. Les intervenants, venus de Suisse, France, Afrique du Sud, Sénégal et Norvège, ainsi que de l’Université de Téhéran, l’Université Shahid Beheshti, l’Université de Tabriz, l’Université d’Isfahan et l’Université de Sabzevar, ont présenté leurs interventions.

L’Association iranienne de Langue et Littérature françaises et La Faculté de Langues et Littératures étrangères de l’Université de Téhéran organisent le colloque “L’autofiction dans la littérature française extrême contemporaine” qui aura lieu le 8 et le 9 février 2011 à la Faculté de Langues et Littératures étrangères de l’Université de Téhéran.

Voici le programme du colloque  (à télécharger en format word):

Programme du colloque l’autofiction